Le look cul de singe, c’est quoi ?

25 Nov

Dotée de longs cheveux blonds raides (parce qu’on sait que la longueur est déterminée à la naissance (!)) je me devais en fille digne d’être fille, de ne pas être satisfaite.

J’ai donc opté pour le chocolat… noir…

Après m’être mutilée du cheveu, j’ai vite compris comment pouvaient survivre tous ces minis salons de coiffure obscurs qui bordent les rues à Montréal.

Et oui… il y a d’autres filles aussi.

Sans rédiger une thèse expliquant mes moments marquants de noirotte/brunette/rougette/jaunette et blanchette qui s’en suivirent ainsi que de la dégradation assez soudaine de mes poils de tête (de mon poil de tête pour les intimes), voici la conclusion de mes expérimentations capillaires.

Le brun, c’est bien ; un moment.
Mais, pour faire partir le foncé après « le moment » il faut du décolorant. Qui dit décolorant dit cheveux secs et abîmés qui dit quelques centimètres en moins.
(-2 cm cheching!)

Le jaune : la couleur transitoire
On aime toutes le jaune. Le jaune inégal qui crie : « Avant, j’étais brune, moi ! »
Qui dit jaune dit : « Il faut faire quelque chose ».
Je viens d’être brune, alors retournons vers notre blond national !
Solution : décolorant.
(-2 cm cheching!)

Le blanc ; ça se salit vite…
Des beaux cheveux argentés (du moins ce qu’il en reste), ça vous dit ?
Une fois l’été terminé et la grisaille de l’automne qui plombe sur nous, il faut faire quelque chose. Optons pour de la chaleur!
Après les décolorants, on veut se donner un peu de pep, alors pourquoi ne pas se débarrasser des pointes cassées?
(-2 cm cheching!)

Le roux, c’est bien ; la journée-même.
Le lendemain, on se retrouve avec une tignasse brun terne et un carnet de rendez-vous au salon pour aller se refaire peinturer la couette. Mais, malgré tout, assez tenace lorsque l’on veut se diriger vers n’importe quelle autre couleur… Du joli.
Résultat de l’équation : décolorant.
(-2 cm cheching!)

Le look « cul de singe ».
Et voilà, on atteint la destination finale nommée de mon cru : Le look « cul de singe ». Ce moment magique où on ne veut plus d’une tignasse à faire tourner les têtes mais seulement que nos beaux cheveux naturels plates.

On n’ose plus les blonds aguichants ou les rouges criants, mais on se satisfait d’un plumage semi-naturel, sec, terne et court.

Ennuyées, les secondes sont comptées avant que nous nous retrouvions à nouveau sur la chaise de la coiffeuse, prêtes à affronter une nouvelle aventure.

Le prix de consolation dans tout ça?
Vu le peu de cheveux qu’il reste, ça coûte moins cher!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :